NOUVELLES DU COULOIR DE LA MORT DU TEXAS, le 11 mai 2019

NOUVELLES DU COULOIR DE LA MORT DU TEXAS, le 11 mai 2019

“Quand on se retrouve dos au mur et que tout semble aller contre nous, tant et si bien que l’on pense que l’on ne tiendra pas une minute de plus, il ne faut pas abandonner, car c’est précisément le lieu et le moment où le vent tournera.”

Harriet Beecher Stowe

Alors que je suis assis dans ma cellule du couloir de la mort du Texas et que je laisse mes pensées vagabonder à travers le passé, s’attarder sur le présent et se projeter dans l’avenir, je songe à ce que j’ai traversé ces deux-trois derniers mois. J’ai connu une douleur et un chagrin que jamais encore je n’avais ressentis. J’ai été traversé d’émotions si intenses que j’en ai eu peur et que je me suis demandé si j’y survivrai. Alors que je me soumettais au processus d’acceptation volontaire de ces sentiments, je laissais se déployer ces émotions particulièrement douloureuses et en ressentais la brûlure au fond de moi comme en-dehors, et, grâce à cette capacité à accueillir cette nouvelle réalité que l’Univers me donnait, en toute conscience, je ne me suis pas senti démuni. Je suis plus fort et ma compassion vis à vis des émotions des autres s’en est accrue.

J’ai une amie fidèle qui m’est très chère et qui a elle-même subi une perte qui l’a mise à terre, il y a environ un an. L’une des choses les plus difficiles face à ce genre de situations, c’est que l’on se fait du souci pour son ami, mais qu’il n’est rien que l’on puisse faire pour que les choses s’arrangent. Or c’est précisément ce que je veux faire, c’est dans ma nature, je veux faire en sorte que les choses aillent mieux, et m’en trouver incapable entraîne un sentiment d’impuissance, or, c’est bien une sensation que je déteste. Il m’était aussi difficile de comprendre ce que traversait mon amie, parce que je n’avais encore jamais vécu chose semblable. Lorsque ma mère est décédée, j’ai su immédiatement ce que ressentait mon amie, parce que je vivais la même chose. Ayant subi une perte semblable à celle de mon amie, ma sensibilité, ma compréhension et ma compassion se sont affinées, sachant que j’avais vécu pareille douleur dans ma chair. Alors, quand ce fut au tour de mon amie de tenter de me consoler, elle m’a dit qu’elle savait qu’elle ne pouvait rien faire pour améliorer les choses, mais qu’elle était là pour moi. Malgré tout, cela faisait une différence pour moi. Je pense à ce type de situations et en quoi elles constituent des expériences formatrices pour moi, en quoi je suis capable de grandir et de comprendre la vie, la mort et tout ce qui jalonne l’existence, lors de cet incroyable périple qu’est la vie. Fort de l’apprentissage de ces leçons de vie, il me semble que je suis mieux à même de les mettre en pratique dans la relation que j’entretiens avec mes amis.

Je ne saurais vous dire précisément quand c’est arrivé mais il y a quelques semaines, quelque chose en moi a changé. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai l’impression de m’être retrouvé. J’ai non seulement le sentiment très net, mais aussi l’intuition que la tempête qui a commencé à gronder dans ma vie en octobre dernier, et qui a atteint son point culminant en mars,  est finalement retombée. Les choses ont pris une tournure qui s’annonce sous de bons auspices alors que nous abordons une nouvelle phase de cette sacrée épopée qu’est ma vie, ce qui me ramène à la citation avec laquelle j’ai commencé le présent essai : alors que j’étais profondément ébranlé, secoué par les coups du sort qui se succédaient, au point que je croyais que je ne parviendrai pas à en supporter d’autres, je savais qu’il me fallait tenir juste encore un peu. Parce que la vie est telle qu’elle est traversée par des forces qui, pour des raisons inconnues, nous projettent d’un côté, puis de l’autre, nous soulèvent puis nous font retomber, comme si elles cherchaient à briser notre volonté, à anéantir notre espérance, notre foi en un avenir meilleur. Or, lorsque je me trouvais aux prises avec les affres de cette crise, je n’ai jamais perdu cela de vue, je me suis raccroché de toutes mes forces à cette vérité. Parfois, je vivais d’une minute à l’autre, seul m’importait le fait de tenir jusqu’au lendemain. Et une fois parvenu au bout d’une journée, épuisé physiquement, mentalement, spirituellement, je savais que demain serait un nouveau jour et qu’à un moment donné, les choses seraient différentes. Et à présent, quelque chose au fond de moi murmure que le vent à tourné et que le moment est venu de me préparer à une nouvelle vie, à un nouveau départ, car ce jour approche. L’essentiel de ma capacité à faire face à ma situation est pour moi d’ordre mental– si je parviens à visualiser la nouvelle réalité qui se profile, alors, je vais bien. Si j’ai des pensées qui m’aident à rester ancré lorsque les doutes et les questions s’assaillent, alors, je suis en mesure de rester concentré et de conserver mon équilibre. Parce que les choses sont faciles lorsque je suis avec mon équipe juridique ou avec un(e) ami(e) fidèle au parloir ; alors, je suis heureux, enthousiaste, tandis que j’imagine l’avenir qui m’attend. Tout va bien, tout est génial au parloir, quand on partage cette énergie extraordinaire. Je me retrouve en proie aux tourments de mon esprit qui s’agite lorsqu’on me ramène à cette cellule qui peut facilement se muer en une salle de torture, alors que l’inconnu et les doutes me submergent.

Si je dispose de ces modes de réponse indispensables à répéter à la façon d’un mantra pour avoir prise sur les choses alors, je peux m’en sortir face à ce genre de situation, face à tout le reste. Parce que sur de nombreux points, mon monde est pour moi une nouvelle réalité. Les choses sont différentes pour moi et pour la première fois en un temps qui me semble infini, j’ai retrouvé toute ma force et bon sang, ce que ça fait du bien ! J’y songe et je sais que je n’aurais pas pu retrouver cette force sans l’aide de tous mes amis et de mes soutiens. La vie est ainsi, c’est quand on souffre vraiment et qu’on traverse des passes difficiles que l’on reconnait ses vrais amis, j’en sais quelque chose ! Lorsque vos amis les plus fidèles vous entourent et vous font savoir qu’ils sont là, même s’il leur est impossible d’améliorer les choses… c’est ça l’amour.

Merci à vous tous qui étiez là, à vous qui m’avez laissé me reposer sur vous, vous parler, et ainsi tenter de trouver du sens à ce qui m’arrivait. Je veux que vous sachiez que vous pouvez compter sur moi chaque fois que vous aurez besoin de moi. Aujourd’hui et pour toujours.

AMOUR PAIX ESPOIR & RIRES !

Charles D. Flores No: 999299

Couloir de la mort du Texas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *