Journal de bord du 22 au 27 juillet 2020

Le 22 juillet 2020

Petit-déjeuner : 235 ml de lait, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 85 g de flocons d’avoine, 6 pruneaux. Déjeuner : 1 haché de poulet, 1 biscuit, 6 mini carottes, 1 sandwich au beurre de cacahuète. Dîner: 1 mini hotdog sur un bâtonnet, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 4 pruneaux.

Me revoilà, le stylo à la main, à tenter de trouver du sens à ce tourbillon de folie qui menace d’avoir raison de nous tous. Je suis content d’avoir eu 9 heures de sommeil quasi-ininterrompu la nuit dernière. Du coup,  je sais que je pourrai abattre pas mal de boulot. Les raisons de se plaindre et d’être malheureux ne manquent pas, mais je fais du mieux que je peux pour ne pas perdre le dessus. N’oubliez pas, lorsque vous ne pouvez rien changer à une situation, faites comme si ça n’était pas grand chose, faites avec, n’allez pas contre. J’ai inscrit mon pote Jim Ulrich sur la liste de visiteurs et après 2 mois sans appels, je lui ai téléphoné lundi soir à 21 heures. Cela faisait un moment que je pensais à lui, et que j’étais sans nouvelles, alors je lui ai passé un coup de fil. J’avais 4 gardiens autour de moi qui écoutaient, mais on peut quand même appeler ça une conversation téléphonique, je crois. Mon ami avait besoin de ce coup de fil, et je suis heureux d’avoir pu lui faire ce plaisir. On a droit à 2 “essais”, si le numéro que l’on compose ne répond pas, ton premier essai est passé. Je n’ai pas intérêt à gaspiller mes chances, je n’ai pas droit à l’erreur avec mes appels. J’étais vraiment heureux d’avoir pu lui parler. Avec 800 cas positifs au Covid 19 à Polunsky, au bas mot, je ne m’attends pas à avoir de visites avant plusieurs années. Je crois que ces salauds vont garder l’habitude de nous maintenir à l’isolement total. Alors, je crois que je vais réfléchir à l’idée d’ajouter de nouveaux amis à ma liste de visiteurs que je pourrai appeler, à défaut de les voir au parloir. Peut-être que ces appels réguliers amèneront quelque chose de positif à ma vie. Y réfléchir ne suffira pas à concrétiser ce souhait. Mais je peux essayer. Au diable ceux qui disent que les jérémiades n’arrangent rien. Vous pensez que c’est révoltant qu’ils nous affament (un seul petit hot-dog sur un bâtonnet, franchement !), que les mois défilent sans communications ni visites ? Plaignez-vous! Envoyez un message à Sheree sur instagram à “FreeCharlesFlores” et demandez-lui comment faire et ce que l’on peut faire !

23 juillet

Petit-déjeuner : 235 ml de lait, 1 portion de bouillie, 1 sandwich au beurre de cacahuète. Déjeuner: 1 sandwich mortadelle/fromage, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 1 petite orange. Dîner : 1 haché de viande, sandwich au fromage, 1 sandwich au beurre de cacahuète.

24 juillet

Petit-déjeuner : 1 biscuit, 115 g de flocons d’avoine, 1 sandwich au beurre de cacahuète. Déjeuner : 1 sandwich au haché de poulet, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 6 pruneaux. Dîner: 170 g de bœuf haché, 2 tortillas de maïs, 1 sandwich au beurre de cacahuète.

Je recommence à vivre au jour le jour, maintenant plus que jamais. Aujourd’hui, c’était la douche. J’ai décidé d’accepter mon tour de douche, parce qu’ils les nettoient à l’eau de javel. J’espère que mon voisin n’a pas le Covid 19 et qu’il ne diffusera pas dans l’air le virus et que je ne l’attraperai pas quand il sortira de la douche et que j’y entrerai. Je fais bien attention de ne rien toucher et de ne pas mettre la main au visage pendant que je me lave.

On nous avait dit que l’on pourrait présenter notre liste de courses plafonnée à 15,00 $ et que l’on réceptionnerait nos commandes aujourd’hui. Mais on nous a ensuite annoncé que c’était annulé. Pourquoi? Ces bouffons ne font rien d’autre que de rester assis et de faire le tour de l’unité toutes les heures, pas plus. Pas de promenades. Les repas ? Ce sont des sacs en papier qui contiennent des sandwiches, il ne leur faut pas plus de 30 minutes pour distribuer ces cochonneries. On en est à 3 semaines de quarantaine médicale, on a droit à 15,00 $ d’achats alimentaires à la cantine. Ils nous affament, j’aurais bien besoin d’un sachet de nouilles instantanées de rabe là, maintenant. La rumeur dit que vendredi ou samedi dernier, la période de quarantaine a redémarré quand de nouveaux cas de Covid 19 ont été décelés suite aux tests. Comme si le mois de confinement qu’on venait de subir n’avait pas été une torture suffisante! Alors, je vous demande ceci. Appelez le 936-967-80-87 (00.1 avant depuis la France) pour joindre les Responsables, Messieurs  Dickens, Jackson, Perez, et demandez-leur pourquoi nous ne sommes pas autorisés à acheter de la nourriture. On nous affame, c’est quoi ce délire ? Quand est-ce que nous, les détenus du couloir et ceux à l’isolement par mesure de sécurité, pourrons appeler nos proches ? Les détenus de la Population Générale ont deux appels de 20 minutes GRATUITS chaque semaine. Ils ont droit aux promenades, à du temps en salle commune, toutes les deux heures, pourquoi est-ce que je ne suis pas sorti de ma cellule pour autre chose que la douche en un mois ?

26 juillet 2020
Petit-déjeuner : 235 ml de lait périmé, 85 g de flocons d’avoine, 2 œufs durs, 1 poignée de raisins secs. Déjeuner: 1 sandwich à la viande, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 1 poignée de raisins secs. Dîner: 170 g de hachis Parmentier, 1 biscuit, 1 sandwich au beurre de cacahuète.

Parfois, le week-end semble très long. Un ami ici me l’a fait remarquer et c’est vrai. Je crois que c’est l’isolement total que l’on subit sans date de levée de confinement en vue qui crée ce sentiment de « nuit » perpétuelle que l’on a à supporter. Avant, il y avait l’attente d’une visite, d’une rencontre avec mon équipe de défense, prévue des semaines, voire des mois à l’avance. Aujourd’hui, c’est le noir le plus total et ce n’est pas simple à vivre. Si bien que l’inconnu revêt une nouvelle forme, pire encore, qui nous terrorise. C’est là qu’il s’agit de mettre en place et de conserver une « vision en tunnel ». De rester en bonne santé et en forme autant que faire se peut en tentant de faire un peu d’exercice physique. Puis de se fixer un objectif quotidien et de s’y tenir. Une fois cet objectif atteint, on se sent bien. Et il s’agit de faire tout ce qu’on peut pour rester positif et faire le bien. D’aider les autres quand on le peut, de ne pas se laisser déborder par les pensées négatives, de ne pas céder au cynisme. De méditer, de prier et de faire en sorte d’être témoin de ce qui est juste et bon dans la vie. C’est ce à quoi j’aspire. C’est là que vient la foi, c’est là que le Bien absolu l’emporte sur le mal, dans notre vie comme dans le monde. L’espoir se fabrique chaque jour. Chaque jour, je sors de mon lit, je me recentre et je m’évertue à créer de l’espoir. Je me fixe des objectifs et me met en tête d’accorder toute mon attention à l’objectif immédiat pour aboutir à une satisfaction atteignable. Même si, pour le moment, on ne voit pas la lumière au bout du tunnel, on doit garder la foi et s’accrocher à la certitude que la lumière existe. Il ne faut surtout pas baisser la garde! Il faut continuer d’avancer, ne jamais abandonner !

Le 27 juillet

Petit-déjeuner: 235 ml de lait, 1 biscuit, 115 g de riz, 1 gâteau parfum café. Déjeuner: 2 biscuits, 1 haché au poulet, 1 sandwich au beurre de cacahuète. Dîner: 1 mini hot dog sur un bâtonnet, 1 sandwich au beurre de cacahuète, 1 poignée de raisins secs.

Aujourd’hui, c’est mon tour d’aller à la douche. Je suis allé me raser, mais j’ai réfléchi au risque d’exposition au Covid 19. J’ai remarqué que certains gars qui ne rataient jamais la douche ne quittaient plus leur cellule. Je comprends, mais je me demande où placer la limite par rapport au risque d’exposition? Cela fait une semaine que les allergies me gâchent la vie. C’est un calvaire et je ne suis pas le seul à être touché. Il n’y a pas longtemps, j’ai entendu parler de la poussière venue du Sahara en Afrique et je me demande si cette poussière n’est pas arrivée au Texas avec un effet retard, comme le Covid 19… Ce n’est pas facile d’écrire en ayant la sensation d’avoir la tête bourrée de coton, mais j’essaie. On nous a dit qu’on allait “peut-être” pouvoir aller cantiner le jeudi qui arrive, jusqu’à 15 $. On nous avait déjà dit ça la semaine dernière mais rien. J’espère que vous avez pris le téléphone pour demander des explications ! Je suis dans une cage, dans une des 500 cages alignées dans ce bâtiment et je ne croise personne que je pourrais interroger. Je ne vois personne plusieurs jours d’affilée. Je crois vraiment que la situation échappe à tout contrôle et qu’ils viennent seulement de commencer à tenter d’apporter une solution. Je me souviens quand mes potes se moquaient de moi quand je leur disais de faire des réserves de café, de nouilles déshydratées, de haricots et de riz, parce qu’on allait être confinés! Maintenant, plus personne ne rigole. Ainsi, le tour de montagnes russes à vous donner la nausée continue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *