Journal de bord, 13 & 14 mai 2020

Journal de bord, 13 & 14 mai 2020

13 mai 2020

Chanson: “Silver blue and gold” par Bad Company

https://www.youtube.com/watch?v=xdvI4G11eBk

“Le jour où on sème la graine n’est pas celui où on mange le fruit.” Jennifer Garner

J’ai l’impression que le temps file comme l’éclair et ça me va. Lorsque j’arrive à me concentrer une matinée, une heure, un moment, je donne le meilleur de moi. Je tiens à distance tout ce qui pourrait détourner mon attention, et avance sur ce que je dois faire. J’ai reçu plein de messages d’affection et de soutien au cours de la semaine et j’en suis reconnaissant. J’ai reçu des serments d’amitié renouvelés et c’est génial. C’est la base de mon combat, c’est de là que je tire toute ma force. Ces amis me touchent profondément. Ils sont à l’opposé de ces potes auto-centrés des bons jours, qui sont là quand tout va bien, que l’esprit est à la fête. Seulement, quand les choses se corsent, plus personne ne répond à l’appel. Avez-vous déjà remarqué ça ? Mais comme le veut l’adage, ce qui ne vous tue pas ne vous rend que plus fort. Je devrais mesurer trois mètres et avoir un corps d’acier alors. Haha!

Je trouve satisfaction à semer les graines que j’espère récolter à l’avenir. Mon mantra c’est: “ne lâche rien!”. Une fois que j’ai fait tout ce que je pouvais, à ce moment-là, je relâche la pression , fais un break et passe à autre chose. Comme écrire des lettres, écouter des émissions à la radio, peu importe. Et puis, j’y retourne. Je sais que tant que je fais ma part, que je m’en remets à l’Univers, tôt ou tard, je serai en mesure de récolter ce que j’ai semé et de goûter aux fruits ! Je souris à cette pensée qui me donne envie de continuer.

Le 15 mai 2020

Chanson: “3rd degree” par Eric Clapton

https://www.youtube.com/watch?v=67XVd005zxQ

“Peu importe votre moral ou votre état de fatigue. Levez-vous, habillez-vous, mettez-vous en route, et n’abandonnez jamais.” Coalition de prévention des addictions.

Au cas où vous ne le sauriez pas, il est difficile de bien dormir en prison ou dans le couloir de la mort du Texas. Les gardiens vont et viennent, ouvrent et ferment des portes ; ils vous braquent leur lampe-torche sur le nez quand vous dormez, ça ne s’arrête jamais. Et puis, il y a les prisonniers qui choisissent de dormir la journée, et qui crient et font du bruit toute la nuit. Le petit-déjeuner est servi à 3 heures du matin la plupart du temps, soit environ 2 heures après que je sois tombé de sommeil après une journée passée à travailler ici. Donc si on veut manger, on doit déjà se réveiller.

Alors, bien souvent, on peut dormir dans un tel brouhaha pendant 6 heures et se réveiller en se sentant épuisé. Je n’ai jamais su veiller toute une nuit et dormir le jour. Certaines personnes y arrivent, moi non. Je dors quand je suis censé dormir. La nuit. Ma motivation s’en ressent. Parfois, je ne suis pas complètement au top, mais je fais du mieux que je peux. Ces jours-là, je me force à me lever. Je mets tout en place dans ma cellule, j’enfile mes baskets et les vêtements du magasin de la prison : un T-shirt blanc et un short blanc, et la journée commence. Pour moi, il n’y a pas d’alternative. Je suis d’accord à 100% avec la citation du jour. Vous savez, c’est quand on doit faire ce qui est nécessaire, que l’on soit dans le couloir de la mort du Texas ou chez soi, confiné, à cause du Covid-19. On doit se mettre en route, ne jamais abandonner !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *