Nouvelles du couloir de la mort du Texas, Nov/Déc 19

« Ce que nous pouvons changer, ce sont nos perceptions, lesquelles ont pour effet de tout changer. »
–Donna Quesada.

Lorsque vous vaquez à vos occupations lors de vos journées bien remplies, que remarquez-vous ? Dans le train ou le métro où vous effectuez votre trajet jusqu’au travail dans la journée, prêtez-vous attention aux personnes autour de vous ? Ces gens ont-ils l’air heureux, épuisé, inquiet ? Ou alors, si vous êtes en voiture, avez-vous l’attention attirée par les couleurs que prennent les feuilles d’automne ? Voyez-vous le SDF qui se tient au coin de la rue, une petite pancarte à la main demandant de l’aide, le regard plein de honte ? Ne voyez-vous que le négatif, ou parvenez-vous également à remarquer le positif ? Au travail, prenez-vous le temps de penser au fait que lorsque vous étiez encore chez vous, des travailleurs peu rémunérés sont venus nettoyer les bureaux du sol au plafond ? Voyez-vous au-delà du minuscule écran de votre téléphone portable ? Je vis dans le couloir de la mort du Texas depuis plus de vingt ans à présent et j’ai l’œil affuté quand il s’agit d’observer mon environnement, où j’ai conscience de chaque détail. Je capte toutes sortes d’informations, grâce à mes yeux, mon nez. Je ressens même les vibrations des pas sur l’escalier, les pieds posés sur le sol de béton. Quand vous êtes à l’isolement dans une cellule de 3,6 mètres sur 2,7, au minimum 22 heures par jour (le weekend c’est 24 heures sur 24 !), vous apprenez à « voir » sans vous contenter de vos deux yeux. Ici, je perçois toutes sortes de choses. Je remarque qui est bienveillant, qui est centré sur lui-même, qui est positif, qui s’efforce de toujours titrer parti de ce qu’il a. Je perçois qui est négatif, qui se plaint sans arrêt, sans jamais voir ces minuscules bonheurs qui se fraient un chemin jusqu’au couloir de la mort du Texas. Je sais qui va systématiquement en promenade, qui ne sort jamais de sa cellule. Qui va uniquement en promenade pour quémander ce qu’il convoite : du café, des  nouilles instantanées, des bonbons etc. Parfois, je vois autour de moi des hommes qui m’inspirent et me poussent à devenir meilleur, mais la plupart du temps, je note ce qu’il ne faut pas dire ou faire, après avoir entendu quelqu’un avoir des paroles malheureuses ou l’avoir vu adopter le mauvais comportement au sein de notre microsociété du couloir de la mort. Je perçois aussi l’Univers qui intervient dans ma vie de manière positive, de façon bien réelle et tangible, alors que la saison des fêtes démarre ici, aux Etats-Unis. Ceux qui me connaissent et suivent mes péripéties savent que 2019 aura été l’année la plus difficile de ma vie, car j’ai perdu ma mère au mois de février. J’ai rencontré tellement d’épreuves que je me suis demandé si j’allais pouvoir rebondir. Mais j’ai repris le dessus et cette année, tandis que je rédige mon courrier de Noël, je vis de nouveau dans la gratitude. Ecrire des dizaines de cartes et de lettres à mes amis du monde entier demande du temps et des efforts, mais lorsque je rédige ces messages de gratitude et adresse à tous mes vœux pour la période des fêtes, je suis dans un état d’esprit de reconnaissance, parce que cette gratitude est bien ce qui me motive à envoyer des cartes de Noël. Je tiens à vous exprimer à vous tous qui faites partie de ma vie et qui me témoignez affection et soutien, que votre amitié fait toute la différence et que je vous suis reconnaissant pour tout ce que vous faites pour moi. Je vais vous dire quelque chose, la vie continue d’être ponctuée de hauts et de bas, car elle est ainsi faite, or, lorsque je me retrouve dans un creux, je me recentre et je me remets à pratiquer ce que je connais : exercice physique et pratique spirituelle, sous la forme de prières, de méditation et d’exercices de visualisation. Or, l’un de mes mots d’ordre est celui-ci : « je ferai ce que je dois faire et non pas uniquement ce que je veux faire. » Et l’envoi de cartes de Noël fait partie de ce que je dois faire. Effectivement, personne n’aurait rien trouvé à redire si je ne m’étais pas donné la peine d’écrire ces cartes, après tout ce que j’ai traversé en 2019. Mais je me suis motivé, parce que c’était quelque chose que je devais faire ! Et il s’est passé quelque chose d’étonnant, alors que je me lançais dans l’écriture de messages d’affection et de gratitude, carte après carte et courrier après courrier. J’ai modifié ma manière de percevoir les choses et suis retourné à ce qui marche, à savoir au fait de vivre chaque journée dans la gratitude ! En vivant dans la gratitude, j’ai changé mon point de vue sur ma vie en général et je vois à quel point j’ai de la chance. J’ai subi de grosses pertes cette année, mais j’ai aussi gagné beaucoup. Des amis proches ne font plus partie de ma vie, mais de nouveaux amis se sont présentés et m’ont aidé quand j’en avais le plus besoin. J’ai de la chance de recevoir autant d’amour et de soutien dans ma vie. Je repense au moment où j’étais au fond du trou, désespéré, je ne savais pas si j’allais arriver à sortir de cet état de perpétuel chagrin. La seule chose qui m’ait sauvé pendant cette terrible période de ma vie, c’est l’amour et le soutien de mon incroyable cercle d’amis. C’était ma bouée de sauvetage. C’est ce qui m’a empêché de me noyer et ce qui continue de me rendre fort et capable de supporter les adversités de la vie.
“Ce que tu prends sans en être reconnaissant fait de toi un voleur.” Auteur inconnu

L’une des leçons les plus importantes que j’aie apprises lors de ce périple qu’est ma vie, c’est que l’existence est ce que l’on en fait, quelles que soient les circonstances. Et ce qui peut sembler insensé, c’est que si j’arrive à vivre dans la  gratitude, le couloir de mort du Texas peut constituer un environnement qui me poussera à m’améliorer, à mûrir, à m’épanouir et à donner le meilleur de moi-même et même à atteindre mon véritable potentiel. Cela peut sembler incroyable, mais c’est vrai. Et tout cela est possible grâce à la gratitude. Etre reconnaissant, savoir apprécier sa chance, remercier, ce genre d’attitude peut transformer une vie.

Voilà donc où j’en suis alors que nous abordons la saison des fêtes en cette année 2019. Je suis reconnaissant d’avoir su recoller les morceaux de mon cœur, d’avoir su récupérer les morceaux épars de ce qu’est ma vie et d’avoir su remettre en place ce qui en restait. Me revoilà sur le chemin, et je termine 2019 en étant fort. Et si je termine cette année 2019 fort, cela veut dire que je démarre l’année 2020 plus fort encore et pouvoir vous dire ça me met en joie ! La part d’inconnu dans ma vie reste grande, mon existence restera chaotique et je continuerai à encaisser des pertes, je continuerai d’en souffrir, mais la vie est parfois ainsi faite. Tout ce que je peux faire, c’est l’accepter et continuer d’avancer car ce qui doit arriver arrivera. Or, ce qui continuera de m’aider à rester centré, l’œil rivé sur l’objectif et fort, c’est l’amour et le soutien que chacun me manifeste. Je tiens à vous dire que je vous en suis reconnaissant. Je vous remercie sincèrement pour votre amitié et exprime toute ma gratitude car sans toute cette affection, j’aurais rendu les armes il y a bien longtemps.
Pendant cette période festive, je prendrai le temps de savourer l’existence et d’exprimer ma reconnaissance pour tout ce qui me comble. Pendant que je suivrai à la radio des matches de foot américain et que je mitonnerai des petits plats à partager avec mes amis pour Noël, que je prendrai quelques jours pour moi, pour me reposer et lire quelques bons bouquins, vous resterez présents dans mes pensées et j’aurai le cœur plein de gratitude. Je vous souhaite aussi un très Joyeux Noël et une Bonne et Heureuse année 2020 !

JOYEUSES FETES !
Charles D. Flores N° 999299

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *