NOUVELLES DU COULOIR DE LA MORT DU TEXAS – 13 AOUT 2019

NOUVELLES DU COULOIR DE LA MORT DU TEXAS – 13 AOUT 2019

Que feriez-vous si vous deviez vous glisser dans ma peau quelques journées?

Aujourd’hui, je me suis levé une fois de plus dans le couloir de la mort du Texas et j’ai abordé la matinée avec mon rituel habituel. Pendant ce rituel, je lis, entre autres, des prières quotidiennes pour m’aider à ne pas me disperser et à passer la journée en étant plus conscient et en faisant davantage attention à ce que je dis et à ce que je fais. L’épître du jour était axée sur le fils de l’auteur qui avait participé à une simulation “dans la peau d’un SDF”: le jeune home avait passé 3 jours et 2 nuits dans les rues d’une ville à dormir dehors sous des températures glaciales, sans nourriture ni argent ni abri ; il lui fallait uniquement compter sur la bonté des passants pour satisfaire ses besoins de base. Lors d’une des ces journées, la seule chose qu’il ait eu à se mettre sous la dent était un sandwich que lui avait acheté un inconnu après avoir vu le jeune homme mendier du pain rassis à un fast-food.

Plus tard, ce jeune home a expliqué que cette expérience avait été l’une des choses les plus difficiles qu’il ait faite mais que cette immersion avait eu un impact profond sur la façon dont il voyait les autres.

Lorsque j’ai lu ce récit, j’ai été très surpris qu’un tel projet de simulation “dans la peau d’un SDF” puisse exister. Et une fois ma lecture achevée, c’était d’une grande logique, je savais en quoi faire l’expérience d’une vie dans la rue en conditions réelles pouvait aider d’autres âmes empathiques. Puis, je me suis tout à coup imaginé que cette idée pourrait s’appliquer au couloir de la mort du Texas. Et s’il y avait une simulation « dans la peau d’un condamné du couloir de la mort du Texas » ? Imaginez avoir la possibilité de vous inscrire pour passer 3 jours et 3 nuits dans le couloir de la mort du Texas et vivre cette existence extrême qui est mon quotidien depuis maintenant 21 ans… Quelles seraient vos pensées lors de la procédure d’admission, le premier jour, au moment où m’on vous remet un caleçon et un maillot de corps, deux paires de chaussettes, une combinaison et des chaussures de toile noire, aux semelles de caoutchouc ? Quelles idées vous traverseraient l’esprit au moment où l’on vous mettrait dans une cellule contenant en tout et pour tout un matelas en plastique de 15 cm d’épaisseur garni de coton, 2 draps, une sortie de bain, une serviette de toilette, un rouleau de papier toilette, une brosse à dent, un petit tube de dentifrice et un minuscule savon ? Le savon et le papier toilette doivent durer 7 jours, le tube de dentifrice et la brosse à dent 2 mois! Les ustensiles destinées aux repas que l’on vous remet consistent en une petite cuillère en plastique jetable et un gobelet en polystyrène de 235 ml et c’est tout ! Voilà les “objets de première nécessité” que vous délivre l’Etat et que vous recevrez pour l’intégralité de votre séjour, que ce soit 3 jours ou 20 ans. Quels seraient les effets sur votre psychisme ? Est-ce que cet avant-goût de la réalité du couloir de la mort vous rendrait fou et vous pousserait à bout ? Le lendemain matin, le petit-déjeuner vous est servi à 3 heures du matin ; on vous donne 3 pancakes froids et durcis, de la compote, des flocons d’avoine et une tasse de café tiède et dilué. Qu’en penseriez-vous ? Puis, à 5 heures 30 du matin, lorsque le gardien vient vous demander si vous souhaitez quitter la cellule où vous êtes maintenu à l’isolement pour aller en « promenade », que diriez-vous ? Seriez-vous d’accord pour quitter la cellule et vous rendre dans la salle de jour, soit une cage à singes de 6 mètres sur 12 et être contraint de parler à des gens qui vous étaient jusque là inconnus ? A 1 ou 2 gars peut-être. Ou alors 5, voire plus? Et dans l’intervalle, à votre avis, à quoi vous occuperiez-vous pendant les 4, 6, 8 heures d’attente avant que ne vienne votre tour de sortir de votre cage ? Comment feriez-vous face au dénuement de votre cellule pendant votre attente ? Pas de livres ni de papier pour écrire. Pas de poste de radio à écouter pour tenter de ne plus penser au fait que vous êtes placé à l’isolement dans une cellule du couloir de la mort du Texas ? Lorsqu’enfin, vous sortez de votre cellule et que vous entrez dans la sale de jour, vous commencez à faire connaissance avec les gars qui vivent autour de vous, et au lieu de tomber sur une bande de tueurs sans âme, vous rencontrez un groupe de gars qui, parce que vous venez d’arriver dans le couloir de la mort, se sont concertés et ont rassemblé les objets dont vous auriez besoin pour entamer votre périple dans ce camp de la mort nouvelle version. En réalité, lorsque vous quittez la salle de jour, vous emmenez avec vous un grand sac filet en nylon garni des dons récoltés pour vous auprès des autres détenus du couloir de la mort du Texas : de quoi écrire, à manger, du café, une grande tasse en plastique, une grande cuillère en plastique, quelques romans. Du savon, du shampooing, du déodorant. Des sandales en plastique pour la douche, un grand  tube de dentifrice, un short, un t-shirt, des sous-vêtements et des chaussettes. Tout ce dont vous avez besoin pour démarrer votre séjour dans le couloir de la mort sans vous sentir complètement abandonné. Quels en seraient les effets sur vous ? Est-ce vous seriez ému aux larmes par l’extraordinaire bienveillance témoignée par des inconnus dans un contexte aussi horrible ? Et l’attente pour le tour de douche ? Il vous faudrait alors commencer à patienter encore 5 ou 6 heures et, avec un peu de chance, votre tour pour vous doucher tomberait avant 22 heures ce soir-là, et vous seriez alors reconnaissant d’avoir désormais du savon et du shampooing pour pouvoir faire une toilette correcte, ainsi que des chaussettes et un caleçon à enfiler après la douche. Vous lavez vos sous-vêtements et vos chaussettes sales à la main sous la douche, où vous resterez 45 minutes. Puis, des gardiens vous escortent enfin de nouveau à votre cellule, mais l’attente ne s’arrête pas là ! Il vous faut encore vous ronger les ongles avant la remise du courrier par les gardiens, APRES que chaque détenu qui attendait encore son tour ait pris sa douche (souvent 40 à 50 gars, ce qui veut dire que si vous avez de la chance, vous poiroterez encore jusqu’après 23:30).

Le courrier a maintenant été distribué, et miracle, vous avez reçu un e-mail imprimé (« jpay ») de la part de la personne que vous aimez le plus ; à votre avis, comment vous sentez-vous ? Etes-vous heureux parce que ce quelqu’un qui vous est particulièrement cher pense à vous et a pris le temps de faire une pause dans sa journée et de vous envoyer un message pour vous dire “coucou, je t’aime et je pense à toi” ? Ou est-ce que vous vous mettez à fondre en larmes parce que vous êtes dans une cage, dans le couloir de la mort du Texas ? Et si cette personne que vous aimez le plus vous avait dit qu’elle vous enverrait un jpay et que vous SAVEZ qu’elle l’a fait comme promis mais que ces monstres ne vous l’ont pas remis. En d’autres mots, si la seule chose qui vous avait permis de ne pas craquer vous était refusée, comment est-ce que cela se ressentirait sur votre état mental ? Après les premières 24 heures, seriez-vous prêt à laisser tomber cette simulation, après avoir goûté à ma vie extrême faite de stress et d’angoisse ? Est-ce que vous pensez que vous pourriez tenir le temps des 3 jours et des 3 nuits pour lesquels vous avez signé ? C’est ce qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai lu ce texte ce matin. J’ai aussi pensé à d’autres cas de figure qui pourraient se présenter à vous, comme “vétéran” du couloir de la mort du Texas. Imaginez que vous vous fassiez un “ami” ici et que cet ami vous demande d’emprunter quelque chose qui ait de la valeur, disons 20 dollars de timbres, sachant que les timbres-poste sont souvent une monnaie qui a cours en prison et dans le couloir de la mort. Et parce que vous pensiez  que cette personne était un type bien,  vous les lui prêtez. N’oubliez pas, vous n’avez pas de boulot, donc vous n’êtes pas payé, l’Etat ne vous donne rien non plus, ce qui veut dire que les seuls fonds dont vous disposiez  proviennent de votre famille et des amis qui vous envoient de l’argent. En d’autres termes, dans le couloir, chaque dollar équivaut à plus de 10 dollars dans le monde libre. Seulement, ce n’est pas le gars sympa que vous imaginiez, c’est un sale type qui s’évertuera à vous chercher des noises et à vous pousser à la bagarre. Il vous insulte et vous dit que vous vous êtes fait entuber ! Pas la peine d’espérer quoi que ce soit en retour ! Et pour ne rien arranger, ce type remplit d’urine un flacon de shampooing et vous en asperge, juste pour le plaisir. Que feriez-vous ? Est-ce que vous seriez tellement en colère que vous vous feriez la promesse de vous venger de cette personne à la première occasion ? Est-ce vous suivriez les règles qui s’appliquent ici, notamment la Règle N°3 : Toujours se venger? Ou seriez-vous capable de tourner l’autre joue et de laisser tomber ? Comment est-ce que vous réagiriez face à un gros dur, une brute du couloir de la mort ?

Imaginez encore que vous ayez une visite et que, parce que nous sommes dans le couloir de la mort du Texas, les visiteurs arrivent toujours avant que les prisonniers ne soient emmenés au parloir [sauf le samedi soir], imaginez que ce soit votre sœur, qui est très belle, ou votre petite-amie ou votre meilleure amie ? Alors que vous engagez la conversation avec elle, vous vous apercevez qu’il y a quelque chose qui cloche chez l’être aimée et vous lui demandez ce qui ne va pas. C’est alors qu’elle vous explique que le gars qui était dans la cabine d’à côté a engagé la conversation avec elle en attendant d’être reconduit dans sa cellule, et qu’il a fini par la presser de le contacter et d’entamer une relation avec lui. Vous savez de qui il s’agit, vous l’avez vu au moment d’entrer dans votre cabine, au parloir, or, sa cellule se trouve dans la même zone que la vôtre. Que faites-vous alors ? Prenez-vous cet événement pour ce qu’il est au regard des règles du couloir de la mort du Texas, c’est à dire comme un affront? Est-ce que vous allez appliquer la Règle N°3 sans sourciller ? Car maintenant, il ne s’agit plus seulement de vous, mais aussi d’une personne que vous aimez beaucoup ! Que feriez-vous ? Je pense à ces choses, à des milliers de scénarios différents où l’on peut se retrouver dans ce petit laboratoire des horreurs qu’est le couloir de la mort du Texas. Je me demande ce qu’une “personne normale” pourrait penser de tout ça si elle pouvait se glisser dans la peau d’une personne emprisonnée dans le couloir de la mort et vivre l’existence extrême qui est la mienne depuis 2 décennies, rien que quelques jours ? Est-ce que cette personne me comprendrait un peu mieux ? Est-ce que cette personne en perdrait la raison et ne pourrait jamais s’en remettre ? Est-ce que son regard sur les gens comme moi serait définitivement profondément modifié par une telle expérience? C’est le genre de pensées que j’ai aujourd’hui, alors que je suis assis dans ma cage du couloir de la mort du Texas et que je consigne mes réflexions sur ces “et si” qui me viennent à l’esprit.

AMOUR PAIX ESPOIR !

Charles D. Flores #999299

Couloir de la Mort du Texas.

13 août 2019

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *