Mardi 13 novembre 2017

Mardi 13 novembre 2017. Je suis assis dans la salle commune de l’unité B alors que je rédige le présent billet. Je repense à la folie du trajet qui m’a ramené à l’unité Polunsky. A 6 heures du matin, on m’a entravé les chevilles puis on a placé autour de ma taille une chaîne à laquelle mes mains ont été menottées. Puis on m’a chargé dans un fourgon de transport du comté de dallas. Deux officiers de police étaient installés dans le fourgon ; une voiture de tête nous précédait et un autre véhicule de police nous suivait. Au moment où nous nous sommes engagés sur la route, les sirènes ont commencé à beugler et les gyrophares bleus et rouges à clignoter. Je pensais au spectacle insensé que nous devions donner : trois véhicules de police, six officiers de police (2 flics par voiture !), avec la lumière intermittente des gyrophares et le hurlement des sirènes – les gens devaient s’imaginer que c’était Hannibal Lector du « Silence des Agneaux » que l’on transportait dans ce fourgon. Et ce n’était que moi. J’étais alors bien content que personne ne sache de qui il s’agissait.

Les policiers ont commencé à rouler à plus de 150 km/h sur tout le chemin du retour A un moment, il s’est mis à pleuvoir et c’est là que j’ai commencé à avoir peur ! J’étais au fond du fourgon et n’arrêtais pas de glisser d’arrière en avant et d’un côté à l’autre. C’était dingue. Les accélérations soudaines puis les arrêts brutaux, et ensuite les redémarrages étaient très désagréables. Le seul point positif, c’est que nous avons fait un voyage de 3 heures en 2 heures de temps. Avant midi, j’étais de retour dans l’unité Polunsky, dans le couloir de la mort. On m’a placé dans une division de l’enceinte B qui ne compte que 4 personnes. Je suis la seule personne sur deux rangées de cellules et ça me convient parfaitement. Je n’ai aucune distraction et peux consacrer toute mon attention à la tâche qui m’occupe, à savoir écrire sur ce qui m’arrive. Alors, je vais continuer à écrire et à poser des questions comme celle-ci : d’après vous, combien est-ce que cela a coûté au citoyen/contribuable pour me ramener au couloir de la mort ? Dix mille dollars ? Et combien pour me ramener ensuite à Dallas ? Tout ça à cause d’une procureure haineuse et malveillante qui en a personnellement après moi ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *